Les 3 Yâna

Publié le par Jadis

On distingue trois voies dans les enseignements bouddhistes, qui sont appelés Yâna « véhicule » (en sanscrit). Le Theravada ou  Hînayâna « petit véhicule », le Mahâyâna « grand véhicule » et le Vajrayâna « véhicule de diamant » ou bouddhisme tantrique. Il est commun chez les maitres tibétains, de spécifier deux modes au sein du Hînayâna en rapport avec la pratique. Le Shravaka « véhicule des auditeurs » et le Pratyékabouddha « véhicule des Bouddhas solitaires ». Le Mahâyâna et le Vajrayâna correspondent, quant à eux, à l’attitude du Boddhisattva.

Les Yâna expriment tous trois les enseignements authentiques du Bouddha Shakyamuni et font partie intégrante du bouddhadharma.

HINAYANA
hinayanaCe sentier repose principalement sur le premier sermon « Dharma Cakrapravartana Sutra » ou sermon de Bénarès, du Tathagata « ainsi venu » portant sur les Quatre Nobles Vérités « Catvari-Ariya-Satyani ». Les Quatre Nobles Vérités sont la Vérité de la Souffrance, la Vérité des Causes de la Souffrance, celle de l’Extinction de la Souffrance, et enfin celle de la Voie vers l’Extinction de la Souffrance.

Le pratiquant aspire aux vœux de libération individuelle, à briser le cycle des réincarnations successives « samsara ». Dans ce but, il développe de grandes vertus de renonciation et de compréhension de la nature profonde des phénomènes. L’accent est mis sur les douze facteurs « nidana » interdépendants de la causalité. Son approche méditative consiste à réaliser un aspect de l’absence d’égo. L’esprit est alors perçu comme intangible, vide. Cependant la non-égoïté de la conscience personnelle, n’est qu’a mi chemin de l’expérience de la vacuité ou « Shunyata ». Ce relâchement profond de la souffrance personnelle mène à l’état d’arhat « celui qui a vaincu l’ennemi » (en tibétain), l’Eveil complet n’est pas atteint.


MAHAYANA
mahayanaCe courant insiste sur Le Cycle d'Absence de Caractéristiques et le Cycle d'Excellente Discrimination. L’objectif ultime du pratiquant est d'aider tous les êtres vivants à accéder au parfait état de Bouddha, l’Esprit d’Eveil ou « Bodhichitta ».

Le pratiquant s'appuie sur les boddhissatvas, ces vertueux ayant atteint la sagesse, dotés de compassion et capables de retarder leur accession au Nirvana « extinction » (en sanscrit) pour accompagner les autres à se libérer de la souffrance et atteindre la perfection. Pour ce faire, il s'emploie à développer les perfections nécessaires : altruisme, bienveillance, discipline et éthique. Bouddha n’est plus seulement le grand maître des enseignements originels mais un être éternel et omniprésent. La perfection de la compréhension ultime « Prajnaparamita », ouvre la voie de la nature profonde des phénomènes, la vacuité. Mais aussi à l’expérience complète de Shunyata, à travers ses dix-huit aspects différents.


VAJRAYANA
vajrayanaCe véhicule permet au pratiquant de faire siennes les vertus de renonciation et de discipline du Hinayana, attentif à faire mûrir en lui les multiples facettes du bodhichitta. Et lui offre la possibilité de recueillir en cette vie les fruits de l’Eveil pour accomplir la bouddhéité.

Les enseignements sont pour la plupart oraux et secrets, transmis de maitre à disciple. Cette approche tantrique utilise des déités « Yidams » comme support de méditation, ainsi que des protecteurs du Dharma « Tcheukyong » lors de rituels. Des mantras « outil de l’esprit » (en sanscrit) sont récités en conjonction avec des visualisations, selon les prescriptions d’un texte rituel « sadhana » expliqué par un gourou, servant de base à une pratique de méditation.

Publié dans Bouddhisme

Commenter cet article